Qui sommes-nous ?

Florence

Bonjour et bienvenue,

Je m’appelle Florence, je suis fille de la Terre et du Ciel, comme vous !

J’ai une formation de libraire, de sophro-relaxologue et de géobiothérapeute.

Je ne suis dotée d’aucuns dons extra-…bidules depuis mon enfance, à part tous ceux que m’ont offerts mes parents en me mettant au monde et je les en remercie. Toutefois mes perceptions du monde, de la vie, et en particulier celles de la mort, ont toujours été très différentes de mes camarades. Au fil du temps et des expériences, ma conscience s’est étirée et mes clairs-ressentis se sont ouverts grâce à la flottaison que je pratique très régulièrement dans mon centre de relaxation. En flottant, je me révèle, je deviens Moi, je rencontre mon âme en découvrant aussi bien mes parts d’ombre que mes parts de lumière, sans dualité. C’est en flottant que j’ai vécu mes premières expérience de clair-voyance, mes premières rencontres avec mes guides, le petit peuple et le monde elfique. J’ai alors voulu comprendre ce qui m’arrivait et c’est tout naturellement que j’ai pris le chemin de la géobiothérapie.

J’ai suivi plusieurs formations afin d’affiner mes perceptions et d’accompagner au mieux chacun et chacune un p’tit bout de chemin. D’abord en sophrologie psychosomatique, en accompagnement de deuil, célébrations funéraires et passage d’âmes, puis en énergétique avec les êtres élémentaires, les énergies terrestres, la mémoire des murs et la lecture d’aura. Je continue d’apprendre çà et là, au gré du vent et de mes envies.

Signe particulier : j’ai autour de moi plusieurs esprits de la nature qui me guident et qui aujourd’hui, m’encouragent à parler d’eux ouvertement. De tous les êtres élémentaires, ce sont les elfes qui m’accompagnent le plus souvent dans mon travail, car ils maintiennent l’équilibre entre lumière et obscurité.

 

Mathias

Botaniste de formation, spécialiste des lichens, j’ai découvert le monde de l’énergétique par l’aïkido, que je pratique depuis plus de 10 ans. J’ai ensuite suivi successivement une formation en géobiologie, en thérapie par la nature et en lecture d’aura, auprès de Joëlle Chautems.

Cette approche énergétique de l’invisible est pour moi complémentaire à ma connaissance scientifique de la nature; elle l’enrichit, elle y apporte des dimensions supplémentaires. Elle me permet surtout d’entrer dans la relation à autrui, en proposant une expertise de l’habitat, une explication des phénomènes rencontrés et des corrections ou soins énergétiques, si nécessaire.

Je suis fondamentalement curieux, quelqu’un qui cherche, qui cherche à comprendre. Je ne prétends pas savoir, je prétends chercher, comme on suit un chemin, sur lequel on avance chaque jour un peu plus, par envie d’en découvrir davantage. Ne pas tout savoir ne signifie pas que l’on ne sait rien. J’utilise ce que j’ai déjà appris: trouver les réseaux telluriques, ressentir les failles et l’eau souterraine, sentir les mémoires des murs, entrer en contact avec l’esprit du lieu ou libérer les entités, ce qui est bien utile pour nettoyer les habitats. Je ressens aussi un certain nombre de choses avec mes mains dans les corps énergétiques des personnes, ce qui me permet d’harmoniser les chakras, d’enlever des objets-mémoires, de couper les liens de dépendance ou de libérer la personne de parasites énergétiques.

La géobiothérapie n’est pour moi ni une panacée, ni une alternative à la science, mais un complément que j’aurais envie de proposer à toute personne atteinte dans sa santé, comme à toute institution désireuse d’améliorer les conditions de vie de ses employés ou de ses pensionnaires. Toute nouvelle expérience m’intéresse. Je reste donc scientifique, tout en devenant géobiologue et thérapeute énergéticien.

Les avantages de travailler à deux

Nous travaillons souvent à deux, ayant remarqué que notre complémentarité rendait l’exper- tise et les soins plus efficaces.

Mathias a d’abord suivi la formation de géobiologue, Florence de relaxologue; les deux se sont rencontrés lors de la formation de thérapeute par la nature de Joëlle Chautems.

Florence est particulièrement à l’aise avec la visualisation, Mathias avec le ressenti de ses mains.

De travailler à deux permet de renforcer le diagnostic, chacun amenant son approche, venant confirmer ou remettre en question le ressenti de l’autre.

Il est parfois plus agréable pour une femme de parler à une femme de problèmes… féminins; et autant pour un homme à un homme. De travailler à deux permet ainsi d’aborder les pro- blèmes des uns, comme des autres ou le couple dans son entier.

Certains soins, notamment pour débarasser une personne d’un parasite énergétique puissant, nécessite la participation des deux, chacun dans un rôle différent, mais complémentaire et indispensable.

Notre démarche, notre éthique

Notre éthique, c’est rester simple, travailler avec le cœur, sans jugement, sans préjugés et avancer à tâtons, parfois, mais toujours main dans la main. La géobiothérapie nous invite à douter et à nous remettre en question constamment et ceci est très enrichissant. Nous n’avons aucun savoir ou pouvoir supérieur, aucune technique secrète. Notre démarche est de mettre nos ressentis à votre service, d’être à l’écoute de vos maux, à l’écoute du lieu et ensuite de tisser les liens entre vous. Nous ne sommes ni chasseurs de fantômes, ni exorcistes, encore moins vendeurs de poudre de perlimpinpin.

Nous attirons votre attention sur les idées reçues. Souvent vous entendrez dire qu’il faut se débarrasser des fausses croyances, mais alors cela signifierait qu’il y en a des vraies ? Pour nous, les croyances font parties de l’univers, d’un Tout, pas de vraies, pas de fausses, juste des schémas répétitifs qui empêchent les gens d’avoir leur libre-arbitre. Les croyances sont générées par les peurs, ce sont donc les peurs qui alimentent certains troubles énergétiques, certaines maladies et empêchent la conscience de s’épanouir en accord avec le cœur. Prenez-le temps d’observer vos peurs, de les décortiquer, de les apprivoiser, de sortir de vos zones de confort, vous verrez que plein de petites choses quotidiennes changeront. Et sinon appelez-nous !